Lorsque nous avons l’opportunité de nous présenter à un entretien, nous espérons que l’entreprise soit la meilleure jamais connue et qu’elle propose à ses employés des conditions de travail exceptionnelles. Même si ce raisonnement est naturel, il est important de ne pas le faire transparaitre lors d’un entretien et d’éviter certaines questions. Même si vous êtes dans le droit de poser des questions sur vos avantages, notez que votre attitude face à la réponse pourra être décisive.

 

  1. Le salaire

Bien entendu, le salaire est sûrement la première chose qui vous intéresse. Il va de soi que ce point doit être abordé durant l’entretien, mais ne soyez pas trop inquiet ; c’est souvent un des premiers points que l’employeur mentionne. Il sera même souvent mentionné avant l’entretien, par téléphone ou directement dans l’annonce.

Cette question peut être un peu délicate, simplement parce qu’on risque de vous demander au préalable vos prétentions salariales pour le poste. Il est judicieux d’éviter de donner un chiffre précis et plutôt de solliciter le bon sens de l’employeur, à savoir que vous souhaitez être payé en fonction de vos compétences et de votre ancienneté dans le métier. Les négociations s’ouvriront naturellement par la suite.

  1. Des informations basiques sur l’entreprise

Avant un entretien, vous devrez toujours mener votre enquête sur l’entreprise. Faites des recherches sur internet, jetez un œil aux profils des employés sur LinkedIn, mais ne posez pas de questions dont la réponse est simple à trouver. Montrez que vous êtes intéressé par l’entreprise en posant des questions sur son développement.

  1. Les horaires et heures supplémentaires

Ce point sera largement abordé lors de l’entretien, mais selon le type de poste recherché,  gardez en tête que ce terrain est – très – glissant. Ne vous attendez pas à travailler de 8h à 17h du lundi au vendredi sans faire des heures supplémentaires. Il est préférable de venir en entretien avec l’idée que vous allez devoir fournir beaucoup de travail, surtout les premiers temps. N’abordez même pas l’aménagement des horaires ou des besoins précis par rapport au rendez-vous chez le dentiste de votre enfant. Arrivez en entretien disponible et prêt à travailler aux conditions (raisonnables) de l’employeur. Vous pourrez toujours négocier ces points plus tard.

  1. Les vacances et avantages

Parler des vacances alors que vous êtes à la recherche d’un emploi n’est pas bienvenu. Savoir si l’employeur veut bien vous donner des congés anticipés la première année ou si vous pourrez prendre les vacances de Noël risque fortement de lui déplaire et de le rebuter. Et si la réponse vous convient, ne sautez pas de joie comme si ce point était déterminant pour votre prise de poste.

Concernant les avantages supplémentaires (CE, tickets restaurants, journées enfant malade, congé maternité/paternité, carences, mutuelle), partez également avec l’idée que vous n’aurez que le strict minimum, surtout si vous travaillez pour une petite entreprise. N’ayez pas d’attentes et surtout ne posez pas trop de questions à ce sujet, ou du moins, pas dans le détail.

  1. Le télétravail

Bien que de plus en plus d’entreprises pratiquent le télétravail (pour les emplois administratifs), restez discret face à votre souhait de le pratiquer. Il y a une différence entre travailler exceptionnellement de chez soi et le faire régulièrement parce qu’on habite loin du lieu de travail ou que l’on a des contraintes familiales. Ce genre de pratiques se discutent avec le temps, en fonction de la confiance que l’employeur vous accordera. Faites vos preuves sur votre lieu de travail avant toute chose !

  1. Vos chances d’avoir le poste

Ne donnez pas l’impression à l’employeur que vous manquez de confiance en vous, ni celle que vous êtes désespéré d’obtenir le poste. Donnez plutôt une bonne impression finale en exprimant votre gratitude d’avoir été reçu en entretien et d’avoir bénéficié de ce temps. Il est aussi de bon ton de renvoyer par la suite un petit mail pour donner votre ressenti suite à votre entretien et rappeler que vous êtes vraiment intéressé par l’emploi.

  1. La vérification de vos références

Il arrive de plus en plus qu’un employeur potentiel appelle votre ancien employeur ou vérifie vos références auprès d’un réseau de contacts. Si vous demandez à l’employeur s’il le fera, cela peut sembler suspicieux. Anticipez ce cas en procurant des informations justes sur votre CV et sur tout autre document justifiant de votre carrière ou scolarité (profil LinkedIn, par exemple).

 

Pour vous rappeler de tous ces points en entretien, gardez simplement en tête que vous devez vous concentrer sur l’emploi et ce que vous pouvez apporter à l’entreprise, et non sur ce qui vous serait profitable, ces points étant abordés par l’employeur dans la plupart des cas.